3 questions à ... DA/DA Diane Ducasse
Fondatrice de la marque

La fondatrice de la marque DA/DA Diane Ducasse, connue pour ses costumes décalés, ses belles matières et son univers ludique, vient de signer une collaboration avec Monoprix. Elle revient sur cette rencontre et ses retombées.

On vient de découvrir votre collaboration avec Monoprix. Comment s’est passée cette rencontre ?

J’ai créé DA/DA en 2016. J’avais envie de mener à bien mon propre projet. J’avais travaillé dans des maisons de couture, puis auprès de Vincent Darré sur la décoration et la presse, avant de me lancer en freelance tout en enseignant au Studio Berçot. À force de travailler pour les autres, j’ai eu le besoin de créer quelque chose de personnel et, du jour au lendemain, j’ai décidé de lancer ma marque DA/DA, une marque qui me ressemble avec un vestiaire inspiré de celui de l’homme mais avant tout ludique, coloré, décalé, avec de belles coupes, dans de très belles matières et des touches japonisantes notamment avec des détails de nouages, le tout fabriqué à Paris. En parallèle, j’ai continué à collaborer avec d’autres créateurs, dont Ines de la Fressange qui, en 2018 a développé une collab avec Frédéric Périgot pour Monoprix. J’ai suivi les débuts de cette ligne et Frédéric a eu la bonne idée de me présenter à la directrice de la création chez Monoprix. Elle connaissait DA/DA mais elle pensait que c’était avant tout une marque de tailleurs classiques, un peu trop sobres pour la cible Monoprix. Ce jour-là j’étais habillée en total look DA/DA avec une superposition de motifs très colorés. Elle a eu le déclic. Elle m’a dit rendez-vous dans 6 mois. Nous nous sommes retrouvées en avril 2019 et en août 2019, j’avais le feu vert pour démarrer la création. 

Avez-vous eu carte blanche ?

Complètement ! J’ai choisi un fil conducteur autour du cirque des années 20, graphique et joyeux, très dadaïste et qui me trottait dans la tête depuis longtemps. Je l’ai décliné sur du prêt-à-porter féminin, du bébé, de l’art de la table et de la déco. Cela donne un pichet à la forme qui évoque un pingouin, un tabouret rayé façon diabolo mais aussi un costume rayé, un autre à carreaux ou encore un en velours vert avec une veste-kimono, des sweats un peu masculins, des t-shirts et surtout de la maille. J’adore la maille et cette collaboration a été l’occasion de m’y consacrer pleinement, d’y apporter un côté color blocks très DA/DA ! J’ai proposé une collection riche et les équipes de Monoprix ont fait une sélection. Nous avons ensuite énormément réfléchi aux matières qui pour moi sont essentielles. Évidemment, j’ai dû faire des concessions pour correspondre aux prix Monoprix mais je suis ravie du résultat et notamment des cotons bios et des laines cachemire que nous avons retenus. Pour la fabrication, Monoprix a fait prototyper les pièces auprès de différents fournisseurs que nous avons sélectionnés ensemble. Pendant cette période, j’étais tout le temps dans leurs bureaux, je voulais que tout soit parfait. Je crois que les équipes n’avaient jamais vu une créatrice aussi présente ! Je suis très fière du résultat.

Qu’est-ce qu’une telle collaboration apporte à une marque comme DA/DA ?

De la visibilité avant tout ! Et elle est énorme. Il y a beaucoup de retombées presse et je constate également que des boutiques m’appellent ou me rappellent pour me faire des propositions intéressantes. Cette collaboration a aussi été l’occasion d’explorer de nouveaux territoires comme la déco et de montrer ce que je pouvais y apporter. J’ai vraiment pu me dédier à la création tous azimuts et cela fait du bien car quand on gère une marque et donc une entreprise, on est souvent monopolisé par d’autres sujets que la création. J’ai donc pu exprimer pleinement tout l’univers DA/DA et le montrer en images et en vidéo ! Les équipes m’ont demandé de me mettre en scène dans cette campagne. J’ai hésité puis accepté et je ne regrette pas car l’accueil est très enthousiaste. Les produits ont l’air de plaire, les équipes Monoprix adorent la collection, je suis ravie !