3 questions à ... Marie-Emmanuelle Belzung
Déléguée Générale de la Confédération Européenne du Lin et du Chanvre (CELC)

Déléguée Générale de la Confédération Européenne du Lin et du Chanvre (CELC), Marie-Emmanuelle Belzung décrypte l’engouement pour le lin et les nouveaux outils développés pour promouvoir et informer sur cette fibre durable et inspirante.

Quelles sont les tendances SS22 du lin présentées à Première Vision ?

Pour le printemps-été 2022, les tendances convergent vers une « Route du Lin » qui souligne le fait que le lin est une fibre de civilisation, innovante depuis 38 000 ans. Ancré dans cette histoire, le lin est la vedette de nouveaux scénarios nécessaires au moment où la mode souhaite faire une pause dans le rythme des saisons et où les styles ne sont plus des indicateurs identitaires. Responsable et conscient, il surprend par ses affinités avec d’autres fibres durables, son appétence aux technologies les plus innovantes. Le lin au printemps-été 2022, illustre ainsi une naturalité assumée mais sophistiquée. Il répond aux envies de fraîcheur et de légèreté, avec des tissus pour les chemises micro-armurés, des piqués, des effets seersuckers, des doubles « poids plume » dans des coloris doux, chinés ou subtilement délavés. Enfin, il rime avec confort et souplesse avec des associations lin-soie ou lin-tencel, des lins stretch, de fines enductions et des mélanges avec une pointe de cachemire pour la demi-saison.

Les marques et les consommateurs ont de plus en plus de préoccupations RSE. Est-ce que cela bénéficie au lin ? Dans ce contexte, créateurs et marques se tournent-ils vers le lin ?

Le lin s’appuie sur les trois piliers du développement durable. En termes d’économie, la filière du lin dynamise l’emploi agricole et industriel, grâce à un savoir-faire d’excellence et à des emplois européens non délocalisables (12 000 emplois directs). Au niveau social, sa production est éthique, elle nécessite une main d’œuvre qualifiée, qui travaille dans le respect des normes du Bureau International du Travail, sans produits nocifs pour l’homme. Enfin, écologiquement remarquable, sa culture préserve les écosystèmes. Ces spécificités du lin répondent parfaitement aux nouvelles demandes des consommateurs qui se tournent vers des achats responsables. Dans ce cadre, la CELC a demandé à la société Tagwalk d’analyser la présence du lin sur les podiums ces deux dernières saisons. Pour l’été 2021, on a pu constater + 102 % de silhouettes en lin en prêt-à-porter féminin par rapport à l’été précédent. Et si le lin reste la fibre fétiche des marques éco-responsables, 64 % des marques de luxe telles que Fendi, Dior, Vuitton…l’ont utilisé de façon significative pour la première fois sur l’été 2021. Et ce phénomène devrait évidemment prendre de l’ampleur.

Quelles innovations avez-vous développé pour accompagner les marques alors que les showrooms / salons n’ont pas lieu en physique ? 

La CELC  lance pour le printemps-été 2022, une plateforme digitale en opensource, le linendreamlab.com. Elle permet de faciliter les relations entre les adhérents de la CELC – filateurs, tisseurs, tricoteurs- et leurs clients, marques et designers de mode. Cet outil online vient en complément du Linen Innovation Book, cahier de tendances et de sourcing physique édité deux fois par an par la CELC et offre aux marques de mode, designers et jeunes créateurs, mais aussi aux prescripteurs, bureaux de tendances et journalistes, une nouvelle expérience lin inspirante en accès libre. Le sourcing des innovations lin y est facilité : en s’inscrivant sur la plateforme, il sera possible de créer une sélection grâce à des filtres selon différentes caractéristiques dans les tissus et fils présentés, de constituer un moodboard puis d’entrer en relation directement avec les fabricants. C’est également un outil d’information qui présente la filière européenne du lin dans son écosystème et permet aux utilisateurs de retrouver les différents services d’accompagnement que propose la CELC. Cette plateforme sera amenée à s’enrichir au fil du temps et des saisons. Cette innovation va de pair avec un programme de formation lin destiné aux marques et à la distribution, et avec une campagne d’accompagnement dans le développement des ventes en boutique ou e-shop « J’aime le Lin ».