3 questions à Selvane Mohandas du Ménil
Directeur général de l’IADS, Association internationale des grands magasins

Selvane Mohandas du Ménil

Véritable observatoire des grands magasins dans le monde, l’IADS étudie, analyse, partage les bonnes pratiques du secteur avec ses membres internationaux dont les Galeries Lafayette en France. Focus sur ses activités, ses initiatives et sa vision du futur avec son directeur général.

Quel est le rôle de l’IADS ?

L’IADS, Association internationale des grands magasins, a été créée en 1928 par des patrons de grands magasins qui avaient conscience que leur modèle familial pouvait évoluer en s’appuyant, notamment, sur les pratiques managériales des Etats-Unis. Aujourd’hui, elle réunit 12 membres et a un rôle de think tank, partageant les bonnes pratiques entre différents grands magasins du monde, cernant les problèmes et les avancées du secteur pour engager des conversations entre les acteurs, et réunissant leurs forces lors d’actions communes. Nous partons du constat que les grands magasins sont des sociétés importantes qui comptent de nombreux salariés mais qui sont aussi très ancrées localement. Il se peut donc que des initiatives menées au niveau de pays ou de régions, soient utiles aux autres membres. Nous nous devons de les identifier pour les transmettre. Pour cela nous organisons des meetings entre CEO, DRH, sales marketing, acheteurs, nous répondons à leurs questions, nous mettons aussi à disposition, via notre site et notre newsletter réservés à nos membres, des analyses précises et chiffrées sur le retail. L’association se veut un observatoire représentatif des grands magasins sur la planète ce qui est assez unique. Et, il ne faut pas oublier notre Académie, fondée il y a 26 ans, et par laquelle sont passés 40 % des patrons de grands magasins dans le monde.

Parlez-nous de votre projet de plateforme à destination des acheteurs professionnels des grands magasins.

Nous avons constaté qu’avec la crise sanitaire, les réflexes ont changé. Certes, les acheteurs recommencent à voyager mais pas aussi souvent et moins longtemps. C’est pourquoi nous avons voulu leur apporter un soutien, leur faciliter la vie avec une plateforme créée en partenariat avec Born. Grâce à l’intelligence artificielle, elle permet de gérer la découverte, d’amener l’acheteur vers les nouveaux produits qui lui correspondent, en somme, d’envoyer la bonne information à la bonne personne. Cette plateforme est réservée à nos membres. Elle est actuellement en phase de test et sera opérationnelle au premier trimestre 2022.

Comment évoluent les grands magasins après cette période particulière ?

Globalement, on a vu naître une agilité inattendue ! Avec les fermetures, les grands magasins ont, par exemple, généralisé le télétravail qu’ils considéraient jusqu’alors comme impossible. Cette grande souplesse se confirme. On constate aussi une généralisation des sujets autour de la digitalisation. La prise de conscience et les changements ont été très concrets. On peut prendre l’exemple des magasins El Corte Inglés en Espagne qui se considéraient jusqu’à la crise comme omnicanaux. Or, pendant les fermetures, ils ont envoyé tous les salariés du siège dans les magasins afin de remplir les coffres des clients dans le cadre d’un programme click & car. Peu à peu, ils ont aussi mis en place des services innovants. Aujourd’hui à Madrid, l’enseigne est ainsi capable de livrer en même temps et en deux heures un sac de luxe et un poisson frais après un simple coup de fil ou une commande en ligne. Même Amazon ne sait pas faire cela. Évidemment, cela soulève d’autres questions comme les systèmes à mettre en place aujourd’hui pour être performant ou comment se projeter dans les canaux de vente du futur. Enfin, la RSE est un sujet central. Tous nos membres européens certifient que leurs marques propres seront 100 % responsables fin 2022, début 2023. Même sur les marchés où ce n’est pas une priorité comme le Mexique, les Philippines, on constate que la RSE est un thème que les CEO défendent. À côté de cela, il y a des évolutions liées plus spécifiquement à Paris ou aux grandes villes touristiques du monde. En attendant le retour des touristes, il faut, en effet, recréer du lien avec une clientèle locale qui avaient été oubliée. Cela amène des initiatives intéressantes comme l’offre responsable des Galeries Lafayette Haussmann (Re)Store ou leur live shoppings imaginés pendant le confinement. De nouveaux langages plus adaptés se mettent ainsi en place et c’est passionnant.