3 questions à Géraldine Dormoy
Bloggeuse, écrivain et journaliste

Portrait GéraldDormoy 26 09 22 (1)

Depuis le début des années 2000, elle se passionne pour les échanges sur Internet et s’est faite connaître avec son blog, Café Mode, lancé en 2005, qui l’a conduite au journalisme. Véritable pionnière sur Instagram et forte d’une communauté de 47,7 K abonnés, elle est désormais coach Instagram, tout en continuant à collaborer avec le magazine Marie Claire et en écrivant des livres –son dernier ouvrage L’âge bête aux éditions Robert Laffont vient de paraître.  Sa mission : aider les professionnels à apprendre à s’exprimer sur Instagram sincèrement et dans un esprit d’authenticité. Rencontre et conseils.

Quel est votre parcours ?

J’ai toujours été très intéressée par les échanges sur Internet. Je m’exprime en ligne depuis le début des années 2000. D’abord sur des forums puis sur mon blog. Cette même année, j’ai suivi un Master à l’IFM afin d’approfondir mes connaissances de la mode, secteur qui me passionne. Diplômée de Sup de Co Reims, je travaillais alors au sein du groupe L’Express pour le service marketing où j’étais chargée de mission. C’est en 2009 que je suis devenue journaliste et cela grâce au blog. En effet, la rédaction digitale du magazine L’Express suivait ce que j’écrivais et m’a proposé un poste. J’y ai passé dix ans, en tant que journaliste mode puis comme responsable de la rubrique lifestyle du site. J’ai quitté L’Express en 2019 et je me suis lancée en freelance. C’est ainsi qu’en 2020, j’ai commencé une collaboration avec le magazine Marie Claire. Si l’écriture est au cœur de ma vie, mon intérêt pour Internet et les réseaux sociaux est toujours resté très fort. J’ai développé une communauté sur Instagram. Mes proches me demandaient des conseils pour s’y mettre, y être visibles… Une amie m’a dit que je pourrais être coach, constatant qu’il y avait énormément de gens qui avaient besoin d’être présents sur ce réseau pour des raisons professionnelles. J’ai démarré en 2019. J’accompagne des femmes entrepreneuses, des artisanes, des artistes… J’ai eu, peu à peu, envie de transmettre mes connaissances de façon plus large, ce qui m’a menée au lancement de mes masterclasses. Mon objectif est de permettre au plus grand nombre de s’exprimer plus librement sur Instagram.

Quel est le mot important pour une bonne communication sur Instagram ?

L’émotion ! Instagram peut être un véritable outil de développement personnel et pas seulement un instrument de promotion. Il n’y a aucun problème à y faire de l’auto-promo mais il faut rester au plus près de soi-même. Cela passe par les photos, les mots, les vidéos qui permettent d’exprimer des émotions. Instagram, si on prend soin de ne pas s’enfermer dans des carcans, est au service de la singularité des individus. La singularité, voilà d’ailleurs ce qui fait la différence, tout comme la sincérité. Nous avons envie d’authenticité, de parler d’humain à humain, de cultiver un rapport vrai à l’autre et Instagram permet de créer ces liens, de cultiver ces valeurs, si, bien sûr, on reste fidèle à ce que l’on est.

Vos conseils pour une marque de mode qui voudrait accélérer sa visibilité sur Instagram ?

Pour créer sa communauté, acquérir des abonnés, le plus important est l’engagement. Il faut absolument réussir à amorcer des conversations, échanger humainement avec ses followers afin de tisser des liens étroits. C’est ce qui est aussi le plus efficace pour transformer ses abonnés en clients. Cet engagement passe par l’usage du « je » ou du « nous » : une communauté aime bien savoir qui s’exprime au nom de la marque. Cela permet de raconter des histoires ou des expériences de façon plus personnelle. Attention cependant aux messages : il est préférable pour une marque de dire ce qu’elle fait plutôt que de dire ce que les autres devraient faire. On évite ainsi les injonctions. Montrer les coulisses, le quotidien de la marque, parler de la façon dont se font les produits intéressera les fans. Inutile de chercher à être parfait, mieux vaut se contenter d’être sincère. Ce n’est pas grave si la marque ne montre pas des images impeccables : l’important est l’énergie qui va être diffusée. En revanche, une ligne éditoriale claire, un positionnement compréhensible sont indispensables. Qu’est-ce que l’on a à raconter ? Quelles sont les valeurs, la vision du monde de la marque ? Je crois également, beaucoup à la générosité sur les réseaux sociaux. On y reçoit à la mesure de ce que l’on y donne. Si l’on veut juste vendre des produits, le public le sent et n’a pas envie d’acheter. Alors que si l’entreprise partage du savoir, des connaissances, des émotions positives, les abonnés ont envie de lui faire confiance, d’aller plus loin avec elle. Enfin, un compte Instagram fonctionne mieux lorsqu’il est au cœur de l’entreprise. Sa gestion ne peut être déléguée que si sa stratégie a été pensée au plus haut niveau.