3 questions à Aurélie Jean
Docteure en sciences et entrepreneure

Aurelie-Jean-copyright Frederic Monceau

Docteure en sciences et entrepreneure, son ouvrage « De l’autre côté de la machine : Voyage d’une scientifique au pays des algorithmes » paru en 2019 a été un immense succès. Son livre « Les algorithmes font-ils la loi ? », publié aux éditions de l’Observatoire en 2021 sort en poche le 15 février prochain. L’occasion de questionner cette experte sur la façon de dompter ces algorithmes qu’elle connaît très bien, notamment dans le secteur de la mode.

Est-ce que les algorithmes sont impénétrables ?

Nous pouvons tous comprendre, à la hauteur de nos capacités, ce que sont les algorithmes, ce qu’ils font pour nous, et sur quoi il faut porter notre attention. Sans entrer dans les détails mathématiques, on peut en comprendre les grandes lignes. C’est ce que je tente de faire à travers mes articles et mes livres. C’est une victoire pour moi quand une personne me dit être plus intelligente en me lisant. Nous avons trop tendance à sous-estimer l’intelligence des individus. Si vous ne comprenez pas un concept c’est peut-être que votre interlocuteur – ou l’auteur du livre, de l’article – ne sait pas expliquer !

Comment mieux les comprendre et comment peuvent-ils être utiles notamment pour les marques de mode ?

Il faut comprendre ce sur quoi ces algorithmes fonctionnent, sur quels types de données, ou informations, ils tournent, et quels types de résultats ils fournissent. Par exemple, en naviguant sur le site de commerce en ligne d’une marque de mode, un algorithme peut vous proposer une veste à regarder à partir des données que sont les vêtements que vous avez regardés voire achetés, ou encore des informations sur votre profil (comme votre genre et votre âge, par exemple). Pour les marques de mode, les algorithmes peuvent aider sur les chaînes de production à minimiser les accidents et les déchets de tissus ou encore la consommation d’eau. Dans l’expérience en ligne, ils peuvent permettent une meilleure compréhension des clients. Ils sont également utiles pour concevoir les prochaines collections de mode ou encore favoriser une meilleure logistique de répartition des stocks par point de vente grâce à une meilleure anticipation des ventes.

Jusqu’où ces marques de mode peuvent-elles aller dans leur utilisation ?

C’est difficile à dire. Mais je dirais que les marques peuvent aussi utiliser des algorithmes dans le domaine de la créativité en allant pré-identifier de manière automatique sur les réseaux sociaux ou dans les médias, de nouveaux créateurs, des stars en devenir ou, tout simplement, des talents alignés avec leurs valeurs ou leur signature. Énormément de choses sont possibles, même dans la conception de nouveaux imprimés. Le directeur artistique, le styliste peuvent s’aider de la science algorithmique pour libérer leur créativité !

© photo : Frederic Monceau